Avoir l’oeil américain n’est-ce pas jouir de l’habilité qui nous fait entendre ce que nous écoutons, qui nous fait voir ce qui est derrière quand on regarde devant ? [...] L’acquisition de l’oeil américain n’avait de sens pour moi que si elle permettait de sortir hors de soi, d’aller à la rencontre des choses, même menues, de voir soudainement le monde s’élargir et déployer des richesses souvent invisibles au promeneur distrait. Je voulais transmettre cet éblouissement, cet extraordinaire saisissement que nous racontent, à leur manière souvent pudique, tous les premiers explorateurs européens à venir en terre américaine.»
L’oeil américain, c’est aussi une célèbre série d’entretiens radiophoniques que Pierre Morency a réunis et réécrits pour en faire un document unique. Tout au long de ces textes, il nous invite à explorer les marais, les lacs, les forêts, les champs, les îles du fleuve, les rivages ; à nous arrêter devant le pissenlit, le cèdre, l’épinette, le bouleau ; à fouiller l’intimité des insectes ; à suivre dans leurs rondes le lièvre, le raton laveur, le porc-épic, le coyote, les chauves-souris ; à écouter chanter la nuit et le vent ; et à découvrir par l’intérieur la vie des oiseaux.
Un livre qui s’inscrit dans la durée autant par son écriture remarquable que par les connaissances qu’il nous apporte.
Un livre à lire, à regarder, à goûter, à écouter, à respirer, à vivre. L’exceptionnelle histoire d’amour entre un écrivain et la nature de son pays.
oeil