Sur tous les murs, une affiche en couleurs - une tête énorme dont les yeux semblent vous suivre. Sous le portrait, une légende : BIG BROTHER vous REGARDE. C'est vrai. Il sait heure par heure ce que vous faites, dites ou pensez. Dedans, dehors, partout, des télécrans du Parti vous observent.
Gare à qui n'est pas conforme aux critères. On le désintègre. Au Ministère de la Vérité, des employés comme Winston Smith truquent les archives au rythme des événements.
Imposture colossale dont le dégoût entraîne Winston à vouloir écrire un récit véridique, son journal. Sa plume malhabile trace machinalement : A BAS BIG BROTHER. Crime suprême. L'arrestation ne vient pourtant qu'après les heures heureuses vécues avec Julia. Alors ce sera le lent broyage du corps pour que l'âme admette que 2 et font 5 et, trahison ultime, que Winston aime Big Brother. Tel est 1984, anticipation saisissante où se traduit l'angoisse des hommes libres devant l'emprise de la dictature.
1984