01 septembre 2010

L'éternel mari, Fedor Dostoïevski

Imaginez Don Juan plein de remords et hanté par un mari trompé. Accablé de soucis d'argent, n'ayant le goût à rien, Veltchaninov est poursuivi par un homme en deuil. Troussotzky a perdu sa femme. Toute faute, pour Dostoïevski, doit être expiée, le péché engendre la maladie et la folie. Le vaudeville tourne au draine, car il y a une victime innocente, Lisa. une enfant. De qui est-elle ? L'éternel mari retrouvera une épouse, l`éternel amant sa vigueur et le jeu recommence. L'auteur rit de lui-même, se souvenant de son premier mariage.Ce... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 juin 2010

LES ŒUVRES LITTÉRAIRES DE DOSTOÏEVSKI en 16 volumes

Collection en 16 VOLUMES, 1 - LE DOUBLE - LA LOGEUSE - UN CŒUR FAIBLE - LE BOUFFON, 746 pages, 2 - STEPANTCHIKOVO ET SES HABITANTS - NIETOTCHKA NEZVANOVA, 591 pages, 3 - LE SONGE DE L'ONCLE - HUMILIES ET OFFENSES, 613 pages, 4 - SOUVENIRS DE LA MAISON DES MORTS - NOTES D'HIVER SUR DES IMPRESSIONS D'ÉTÉ, 551 pages, 5 - LE JOUEUR - DANS MON SOUTERRAIN - L'ÉTERNEL MARI, 564 pages, 6 - CRIME ET CHÂTIMENT (1), 479 pages, 7 - CRIME ET CHÂTIMENT (2), 447 pages, 8 - L'IDIOT (1), 485 pages, 9 - L'IDIOT (2), 423 pages, 10 - LES DÉMONS (LES... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 juin 2010

Le Joueur, Fédor Dostoïevski

Paulina éclata de rire : - Vous m'avez dit l'autre jour, sur le Schlangenberg, que vous étiez prêt, sur un mot de moi, à vous jeter en bas, la tête la première et nous étions bien à mille pieds de haut.Je dirai ce mot un jour, uniquement pour voir si vous vous exécutez et soyez certain que je montrerai du caractère. Je vous hais justement parce que je vous ai permis tellement de choses, et je vous hais encore plus parce que vous m'êtes si nécessaire.
Posté par 2libraires à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 mars 2010

Récits de la Maison des morts, Fedor Dostoïevski

Les Récits de la Maison des morts sont bien différents, à tous égards, de tout ce que Dostoïevski avait écrit jusque là. Ils sont le résultat d'une expérience qui a coupé sa vie en deux: avant le bagne, après le bagne. Aussi pourrions-nous, à la rigueur, nous dispenser, en étudiant cette œuvre, de rechercher les événements qui l'ont précédée. Cependant il serait trop paradoxal de présenter au lecteur des souvenirs de bagne sans lui dire pourquoi leur auteur a été au bagne; et surtout la connaissance de Dostoïevski pendant son procès... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 février 2010

Crime et Chatiment Tome I et II, Fedor Dostoïevski

Partant du même problème, Nietzsche et Dostoïevski proposent à ce problème des solutions différentes, opposées. Nietzsche propose une affirmation de soi, il y voit le but de la vie. Dostoïevski propose une résignation. Où Nietzsche pressent une apogée, Dostoïevski ne prévoit qu'une faillite. ANDRÉ GIDECe livre n'est malheureusement plus disponible pour le moment!Un homme extraordinaire a-t-il le droit de tuer une repoussante vieille usurière afin de pouvoir, par ce crime, améliorer le sort de l'humanité ? En tuant, ne risque-t-il pas... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 février 2010

Le joueur, Fedor Dostoïevski

Le joueurMe voici de retour après deux semaines d'absence. La famille était arrivée à Roulettenbourg depuis trois jours. Je me croyais attendu avec une fébrile impatience, mais je me trompais.Le général m'adressa la parole d'un air détaché et me dit de m'adresser à sa sœur. Je compris qu'il s'était procuré de l'argent par un emprunt quelconque. Il paraissait même gêné de m'avoir en face de lui. Fedor Dostoïevski
Posté par leslibraires à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 décembre 2009

Les Possédés, Fedor Dostoïevski

" Est-il possible de croire ? Sérieusement et effectivement ?Tout est là. " Stravoguine en voûte tous ceux qui l'approchent, hommes ou femmes. Il ne trouve de limite à son immense orgueil que dans l'existence de Dieu. Il la nie et tombe dans l'absurdité de la liberté pour un homme seul et sans raison d'être. Tous les personnages de ce grand roman sont possédés par un démon, le socialisme athée, le nihilisme révolutionnaire ou la superstition religieuse. Ignorant les limites de notre condition, ces idéologies sont incapables... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,