07 juin 2010

LE GRAND ÉCART suivi de ORPHÉE, Jean Cocteau

Peut-être la mode en est-elle passée mais, naguère, on avait souvent coutume de marquer d'un trait de crayon sur le chambranle des portes les progrès du fils de la maison. Ces repères le montrent poussant comme un arbre qu'il suffit, en somme, de protéger contre la maladie, les cataclysmes et les intempéries pour qu'il arrive heureusement à maturité.Ceci vaut pour le corps, mais la croissance de l'âme qui est dedans n'affecte pas une courbe aussi sagement régulière et d'un stade à l'autre, de l'enfance à l'adolescence, il y a des... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 février 2010

La difficulté d'être, Jean Cocteau

Cette « difficulté d'être » qui étreignait Fontenelle au soir de sa vie, Jean Cocteau, presque au terme de son œuvre, l'a aussi éprouvée. Cet essai, où brillent les mille facettes d'un des esprits les plus déliés de son temps, y gagne cette nuance de gravité sourde par quoi l'auteur des « Parents terribles » rejoint la grande lignée - de Pascal à Chamfort - des moralistes français.
Posté par 2libraires à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2010

Thomas l'imposteur, Jean Cocteau

En face, à quelque distance, on distinguait le bloc d'une patrouille ennemie.Cette patrouille voyait Guillaume et ne bougeait pas. Elle se croyait invisible...— Fontenoy ! cria-t-il à tue-tête, transformant son imposture en cri de guerre. — Et il ajouta, pour faire une farce en se sauvant à toutes jambes : Guillaume II.Guillaume volait, bondissait, dévalait comme un lièvre.N'entendant pas de fusillade, il s'arrêta, se retourna, hors d'haleine.Alors, il sentit un atroce coup de bâton sur la poitrine. Il tomba. Il devenait sourd,... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 novembre 2009

Les parents terribles, Jean Cocteau

Entre Munich et la guerre, ce fut, avec une pointe de provocation, l'événement de la saison. Pour redorer sa bourse et son blason, le poète d'avant-garde s'est converti au Boulevard, dont les ficelles et les vedettes lui semblaient capables de séduire le public populaire qu'il rêvait d'amener au théâtre. À travers la peinture d'une famille bourgeoise, il entend montrer "la punition du désordre et le triomphe de la jeunesse". Dans "le couple doux et cruel" qu'elle forme avec un fils excessif, Cocteau, fidèle au... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 12:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,