De tous les paladins qui guerroient avec l'empereur Charlemagne contre les Sarrasins, Agilulfe des Guildivernes est le chevalier à l'armure la mieux fourbie, à la tente la mieux rangée : c'est qu'il a besoin de s'affairer sans repos pour se sentir vivre, faute de corps qui prouve son existence. En effet, son armure blanche n'abrite qu'une énergie invisible dont le zèle perpétuel horripile ses pairs.
Ce zèle serait plutôt ce qu'il a de plus sympathique aux yeux du jeune Raimbaut de Roussillon, venu s'engager dans l'armée de Charlemagne pour venger son père tué par l'émir Izoard et que déconcerte le formalisme de la vie militaire. Sans l'amour que lui inspire la belle guerrière Bradamante, il serait fortement tenté de s'en aller. Or Bradamante aussi a été conquise par ce zèle.
Sur ces entrefaites, Torrismond de Cornouaille conteste au cours d'un festin l'exploit qui a valu son adoubement à Agilulfe. Charlemagne, trop content de s'en débarrasser, envoie ce der-nier chercher la preuve de son haut fait. Il part donc avec son écuyer Gourdoulou et après lui court Bradamante que poursuit Raimbaut. Ainsi commence l'épopée que raconte certaine soeur Theodora de l'ordre de Saint-Colomban dans un récit d'une malicieuse et percutante actualité sous ses dehors fabuleux.
LeChevalierinexistant01LeChevalierinexistant0