Un hurlement, l'écho d'un hurlement, pèse sur ce village de Nouvelle Écosse. Personne ne l'entend; il est suspendu là pour toujours, souillant à peine ces cieux d'un pur bleu pâle, des cieux que les voyageurs comparent à ceux de la Suisse, trop sombres, trop bleus, donnant ainsi l'impression d'assombrir un peu plus à l'horizon - ou serait-ce sur le pourtour des yeux? -  la couleur du nuage en floraison sur les ormes, le violet dans les champs d'avoine; quelque chose qui s'assombrit au-dessus des bois et des eaux tout comme dans le ciel. C'est ainsi que le hurlement pèse, inattendu, dans la mémoire - dans le passé, dans le présent, et les années entre-temps. Peut-être, au début, n'était-il même pas bien bruyant. Il est simplement venu vivre là, pour toujours . Sa parole serait la portée de mon village. Faites vibrer de l'ongle le paratonnerre tout en haut de la flèche de l'église et vous l'entendrez...
Unefolieordinaire