Léni Pfeiffer, née Gruyten - quarante-huit ans - belle et énigmatique - issue de la bourgeoisie mais vivant en marge de celle-ci - exerce sur son entourage immédiat, qui ne peut se faire d'elle une image rassurante et conventionnelle, une violente attraction dont l'auteur va s'efforcer de percer le mystère. A cette fin, il entreprend une minutieuse enquête auprès de tous ceux qui la connaissent, l'ont connue, ou en- ont entendu parler. Tandis que le personnage est éclairé de l'extérieur et sort de l'ombre à mesure que progressent les interrogatoires, se déploie une grande fresque de la société allemande, de l'ère wilhelminienne à nos jours, au travers des témoignages de tous ceux qui, en évoquant leurs rapports avec Léni, sont amenés à révéler leur propre destin.
Ainsi se précise le thème si cher à Heinrich Böll : face à une société régie par une morale conformiste et étroite, il en existe une autre qui recueille toutes les faveurs de l'auteur, celle des , êtres purs et indestructibles chez qui l’amour du prochain inspire seul les actes et
qui, tenus pour asociaux, n'en détiennent pas moins ce que Heinrich Böll ne refuserait pas d'appeler « la grâce ».
Portraitdegroupeavecdame