Des rencontres saugrenues, des objets maléfiques, des rendez-vous où viennent les morts eux-mêmes, des envoûtements, des pièges sans nombre, des périls à chaque seconde de la vie — autant de signes palpables et évidents de la fragilité du monde quotidien, sur lequel, règne, en maître absolu et incontesté, la Peur. La Peur nue et blanche dont les coups sans cesse répétés ne laissent jamais aucun répit. Surtout, avec Thomas Owen.
Leratkavar