Deux observations cliniques sont au point de départ de ce travail. La première est la rencontre fréquente, parmi la clientèle analytique, de patients dont la structure psychique ne rentre pas dans le cadre des descriptions freudienne des névroses, en même temps que nombre de leurs symptômes ne peuvent être rattachés à un syndrome classique. La seconde, corollaire de la première et la confirmant de façon frappante, m'a été rendue possible par le privilège que j'ai eu de voir venir en traitement, durant ces dernières années, plusieurs malades de ce type que de analyses longues et approfondies, menées suivant la méthode freudienne classique par des médecins psychanalystes dont les capacités, le talent et la probité ne sont pas à mettre en doute, n'avaient guère modifiés quant à leur comportement et leur adaptation au réel.
Lesyndromedabandon