La peinture aujourd'hui. Faut-il tenter d'en décrire les aspects, de décrire au moins certains de ses aspects dans leurs contradictions et leurs enchaînements les plus apparents ? Ou bien plutôt ne faut-il pas essayer de dé-pister systématiquement quelques-unes des questions qu'elle pose ? Car la peinture contemporaine questionne et se questionne elle-même inlassablement. Dans son avancée, elle revient toujours sur soi. Au point qu'elle semble, avec l'insistance de ses allées et venues, se faire et se défaire sans cesse. Comme la tapisserie de Pénélope, on dirait, que chaque nuit, elle remet à nu son canevas.
Pénélope, théoricienne des périples.
C'est sans doute parce que les jeux des formes trouvent aujourd'hui une relance dans ce qui est nommé théorie, et non plus dans le commentaire. Et, réciproquement, la théorie dans la pratique formelle. C'est pourquoi la théorie, qui met ici en jeu des batteries de concepts, sait qu'elle est sans privilège. Elle demande qu'on l'entende étymologiquement comme un cortège processionnel et bariolé : elle n'ignore pas qu'elle est aussi bien du côté des figures que du côté des mots.
Peindre