L'École des femmes
Le mari cocu, en France, n'a jamais quitté la scène et rien ne laisse augurer de sa prochaine disparition. Au XIIe siècle, ce malheureux, source inépuisable de rire, avait même un patron : saint Amolphe. L'Amolphe de Molière - au demeurant fort touchant dans son amour pour Agnès - n'a qu'une idée en tête : ne pas « devoir une chandelle » au saint dont il porte le nom. Chrysalde, dans sa sagesse, a beau lui remontrer que cela vaut encore mieux que de traîner après soi une honnête diablesse qui vous fait cher payer « ce petit tort qu'elle ne vous fait pas », rien ne l'en fera démordre. Après tout, d'Arnolphe ou d'Agnès, le plus inno-cent des deux n'est peut-être pas celui qu'on pense ?
LecoledesfemmesTartuffe








Tartuffe
Vrai dévot, faux dévot, archipatelin, bigot, cafard, imposteur, hypocrite, escroc, de quels noms n'a-t-on pas gratifié ce malheureux Tartuffe ! Et chacun de s'échauffer, de s'acharner à découvrir son véritable caractère, ses véritables motivations. Personnage comique ! déclarent les uns. Éminemment tragique' répliquent les autres. Qu'un personnage d'encre et de papier puisse susciter la colère et la passion autant, sinon plus, qu'un ami ou un parent, voilà le miracle, voilà ce qu'on n'expliquera jamais. En fin de compte Tartuffe, tartufe comme il est, après avoir été chassé de chez Orgon, a réussi à se faire héberger par la famille française la plus difficile à pénétrer : celle des noms communs du dictionnaire.