L'humour noir est borné par trop de choses, telles que la bêtise, l'ironie sceptique, la -plaisanterie sans gravité... (l'énumération serait langue) mais il est par excellence l'ennemi mortel de la sentimentalité perpétuellement aux abois - la sentimentalité toujours sur fond bleu - et d'une certaine fantaisie à court terme... " cette définition toute négative que donne André Breton, dans la préface à son Anthologie de l'Humour Noir,explique qu'on n'y trouve l'oint certains auteurs dont la gloire n'a tenu qu'à la facilité d'oeuvres ri rites pour distraire le plus grand nombre. L'humour, au contraire, " commerce intellectuel de haut luxe ", résulte de dispositions exceptionnelles de quelques esprits à violer aussi bien les consignes du monde extérieur que celles, parfois plus redoutables, du inonde intérieur. L'humour noir ne pardonne à personne. Ni à ceux qu'il tient, par sa nature même, à distance, ni à ceux qui le subissent comme un poison délectable, ni à ceux qui en émettent les signaux de flamme glacée. Ce n'est pas hasard si, parmi ces derniers, la folie (Swift, Sade, Nietzsche), la drogue (De Quincey, Baudelaire), l'alcool (Poe, Jarry), le crime (Lacenaire), le suicide ( Vaché, Rigaud, Roussel, Duprey), ont déterminé un style aux antipodes de la littérature, un style de vie et de mort. Ce n'est pas non plus hasard si le gouvernement de Vichy ordonna de saisir la première édition de cette anthologie. L'ensemble des textes choisis, chacune des notices d'André Breton portent au coeur de l'ordre moral un coup auquel celui-ci serait bien en peine de trouver la parade. '
Anthologiedelhumournoir