"Depuis près de quarante ans, les esprits un tant soit peu critiques n'ont pas manqué de noter que le défaut de couleur locale est probablement la lacune première de notre littérature. Sans racines dans le sol laurentien où celle-ci eut puisé une sève riche et vivifiante, elle abonde en pastiches aussi faux que ces palmeraies auxquelles nous avait accoutumés l'enseignement du dessin à la fin du siècle dernier. Même nos régionalistes se contentaient de fort peu de détails typiques pour donner l'impression d'un milieu canadien : une pagée de clôture, une cabane à sucre, une poudrerie suffisaient au tableau." E.Z. Massicotte
centfleursdemonherbier