Si saugrenues qu'elles soient, certaines impulsions sont irrésistibles et y céder entraîne des catastrophes quand on a affaire à des gens dépourvus du sens de l'humour. C'est ainsi que, pour une vétille, Louis Salavin perd sa place. Voilà cinq ans qu'il travaillait là, sa vie semblait filer son cours comme une rivière paisible et, crac, un incident cornique lui barre soudain toutes les issues. Toutes ? Allons, un emploi se retrouve, déclare sa mère qui sait si bien redonner aux choses des proportions consolantes et à son fils la paix de l'esprit. Mais le caractère de Salavin est tel que cette paix ne dure pas. Qui est Salavin ? Un jeune homme qui cherche du travail, bien sûr, mais qui surtout se cherche lui-même; il fait l'un en rêvant à l'autre, cela ne va pas sans mécomptes. Ce n'est pas seulement cette double quête d'un jeune homme pauvre qui donne son attrait à Confession de minuit, mais aussi le cadre où elle se déroule, le Paris familier du Quartier latin au début du siècle, le vrai Paris des Parisiens laborieux, aux maisons modestes et aux petites gens dont est fait le monde et que Georges Duhamel a toujours admirablement décrit. Confession de minuit est aussi le premier tome de la chronique intitulée Vie et Aventures de Salavin, qui comporte cinq volumes.
Confessiondeminuit