Il avait donc décidé qu'il y passerait une heure par jour. Pour observer, noter, rêvasser, penser, imaginer, flâner, dormir et lire sans oublier évidemment, désherber, arroser, couper, tailler, enfin faire tout ce qu'il fallait pour que son jardin soit à tout moment plaisant à regarder. Une heure par jour. Si peu et tellement à la fois. Un luxe qu'il ne s'était jamais offert. Cette heure, il la voulut aussi dès le début, un temps d'arrêt. Sur sa vie qu'il avait réussie en partie mais qu'il avait négligée sous d'autres aspects. Et avec cette hypothèque qui arrivait à échéance, décider ce qu'il allait devenir à l'automne.
Lheureaujardin