20 février 2010

Mémoires acides, Timothy Leary

Pour les uns, l'un des hommes qui ont marqué notre temps; pour les autres, un nom qui, vaguement, "dit quelque chose"; pour le plus grand nombre, rien. Ce sont les premiers qui voient juste. A partir de Harvard, où il enseigne la psychologie, et à la suite d'une expérience personnelle du pouvoir des champignons hallucinogènes au Mexique, il invente le "psychédélisme". Il fait découvrir le LSD à toute l'intelligentsia américaine, et c'est une illumination, un feu qui se répand d'université en université. Huxley,... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2010

Contes de L'ALHAMBRA, Washington Irving

Il est des livres qui vieillissent mal, et d'autres dont l’apanage est d’être intemporels. C'est le cas des « Contes de l'Alhambra » écrits par Washington Irving. Diplomate, historien et voyageur, cet Américain résida quelque temps à l'Alhambra même. Cette œuvre, éditée pour la première fois en 1832, fut immédiatement traduite dans de nombreuses langues, et attira à Grenade des voyageurs venus de tous les horizons. Ce livre n'est malheureusement plus disponible pour le moment!
Posté par 2libraires à 07:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 février 2010

La civilisation Romaine, Pierre Grimal

La civilisation de Rome est-elle différente de la nôtre? Nous en sommes les héritiers, mais connaissons-nous bien notre héritage ? Et que recouvre ce terme de civilisation ? Apparemment, un ensemble complexe de coutumes, de techniques, de règles sociales formulées et informulées, des goûts, un style ou des styles de vie, une manière pour les hommes de s'insérer dans le monde. Aspirations spirituelles et contraintes matérielles s'y affrontent. Dans certaines civilisations, le poids du passé paralyse les forces de vie. A Rome, ces deux... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 février 2010

L'Homme Unidimensionnel, Herbert Marcuse

L’homme unidimensionnel de la société avancée a perdu sa puissance de négation, sa possibilité du grand refus. La société absorbe les oppositions et présente l’irrationnel comme étant rationnel. Il s’agit par conséquent de démasquer la fausse conscience unidimensionnelle qui voit dans la technique manipulée un inévitable destin de la productivité, de l’allègement du fardeau de la vie.Il est d’une importance qui dépasse de loin les effets immédiats que l’opposition de la jeunesse contre la « société d’abondance » lie rébellion... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 février 2010

Les contes du chat perché, Marcel Aymé

Les contes bleus du chat perché.- Maman... maman...-Oui, oui, je vous entends... Allons, montrez-vous. J'ai à vous dire que je ne suis pas contente du tout...- Maman... maman... entendit-elle de nouveau.Et c'étaient de pauvres voix rauques qu'elle avait peine à reconnaître. Ne trouvant pas ses filles dans la chambre, elle se retourna pour les interroger, mais le triste regard que l'âne et le cheval fixaient sur elle la laissa d'abord interdite. Ce fut l'âne qui parla le premier.Les contes rouges du chat perché.Les petites trouvaient... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 février 2010

Entre ciel et mer, le Mont Saint-Michel, Jean-Paul Brighelli

Au commencement était le mont Tombe, un rocher semblable à Tombelaine ou le mont Dol. Mais c'est là que saint Michel veut avoir son sanctuaire, au péril de la mer.Après le temps des moines et des pèlerins, vient le temps des guerriers et des geôliers, le temps de la décadence.Puis, au XIXe siècle, arrivent les architectes. Pour restaurer le Mont, lui redonner sa place de Merveille de l'Occident.Le Mont-Saint-Michel dans les plus beaux manuscrits et dans l'imagerie populaire, le Mont des artistes, des poètes et des photographes, le... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 février 2010

Je tremble ô matador, Pedro Lemebel

Dans son quartier de Santiago, tout le monde l'appelle la Folle d'en face, mais lui, il s'en moque.Vieux travesti incorrigiblement romantique, il n'a d'yeux que pour Carlos, jeune militant en lutte contre Pinochet. Dans cette alliance de plus en plus loufoque et inattendue, la Folle, laisse Carlos entreposer chez lui son matériel de guerre. Car il s'agit bien de préparer le grand soir : un attentat qui doit coûter la vie au dictateur. Pour obtenir l'amour inaccessible de Carlos, il prendra chaque jour un peu plus de risques, jusqu'à... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 février 2010

La chute, Albert Camus

<<Sur le pont, je passai derrière une forme penchée sur le parapet, et qui semblait regarder le fleuve. De plus près, je distinguai une mince jeune femme, habillée de noir. Entre les cheveux sombres et le col du manteau, on voyait seulement une nuque, fraîche et mouillée, à laquelle je fus sensible. Mais je poursuivis ma route, après une hésitation... J'avais déjà parcouru une cinquantaine- de mètres à peu près, lorsque j'entendis le bruit, qui, malgré la distance, me parut formidable dans le silence nocturne, d'un corps qui... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 février 2010

Rosshalde, Hermann Hesse

Rosshalde, c'est le nom d'un domaine quelque part en Allemagne, où vivait, avant la première guerre mondiale, un ménage désuni dont un des deux fils, le cadet, est un enfant sensible et fragile qui déterminera en grande partie le destin de son père.Hermann Hesse a situé ce roman de l'incommunicabilité des êtres au coeur d'une réalité qui lui est familière la somptuosité de la nature, chère à la spiritualité de l'auteur, la vaste maison de campagne, celle-là même des enfances heureuses avec des étés sans fin, bourdonnant de soleil; les... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 février 2010

Juliette Pomerleau, Yves Beauchemin

Avec ses 150 kilos, Juliette Pomerleau n'arrête pas une seconde. Peut-être souffle-t-elle comme une locomotive, mais rien ne peut l'empêcher d'aller au bout de ses envies. Sueur de coq ! dit-elle, ce n'est pas parce qu'on est grosse qu'on est empâtée!Si on rit souvent, on parfois la larme à l'œil tant le cœur de Juliette est à la mesure de sa taille. Voilà pourquoi on l'aime. Et plus le roman avance, plus on s'attache à elle et à ses locataires.Quel tableau l'auteur nous fait de son entourage! Il y a Denis, le petit-neveu adopté,... [Lire la suite]
Posté par 2libraires à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,