14 janvier 2010

Les secrets de Jehane Benoit

Vous trouverez dans ces pages les techniques et les connaissances fondamentales que tout bon cuisinier doit savoir. Vous apprendrez, par exemple, comment lire et comprendre une recette et comment cette recette vous servira de tremplin pour des douzaines de variations de votre cru. Vous apprendrez aussi comment mélanger les ingrédients qui vont ensemble et dans quelles quantités. Ces notions pratiques qui sont à la base de l'art culinaire enrichiront votre répertoire et feront d'une tâche un plaisir. À titre de boni pour novices et... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 janvier 2010

Dictionnaire de la langue québécoise, Léandre Bergeron

Un dictionnaire général complet de la langue québécoise comprendrait à peu près tous les mots qu'on retrouve dans un dictionnaire français comme le Robert et ceux qu'on retrouve dans le dictionnaire que vous avez présentement entre les mains, car, en effet, la langue québécoise est si riche qu'elle comprend tout le français moderne et des milliers de mots, d'expressions, de tournures syntaxiques qui lui sont propre, sans parler, il va de soi, de toute la créativité quotidienne dont font montre les Québécois pas trop influencés par le... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 janvier 2010

1918 The last act, Barrie Pitt

At the moment of midnight, December 31st, 1917, a group of young officers stood in a camp overlooking the Ypres battlefiel. Snow mantled the ground, covering the ugly detritus of war, but as one of the young officers, the poet Edmund Blunden, was to write: "... the sole answer to unspoken but importunate questions was the line of lights in the same relation to Flanders as at midnight a year before. All agreed that 1917 had been a sad offender. All observed that 1918 did not look promising at its birth". Yet 1918 not only... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 janvier 2010

isidore ducasse, comte de Lautréamont, François Caradec

On a tant écrit et répété qu'on ne savait rien de sa vie, qu'on avait fini par le croire. Il n'y a pas de "mystère Lautréamont": on en sait plus aujourd'hui sur Isidore Ducasse, poète mort à vingt-quatre ans, il y a un peu plus d'un siècle, que sur la jeunesse de la plupart de nos grands écrivains. Autour de découvertes nouvelles et contrôlées, François Caradec trace à la fois la biographie de cette œuvre et l'évolution de la pensée et de l'écriture de Lautréamont, fait revivre les milieux qu'il a traversés, les amis dont il... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 janvier 2010

Une vie... une époque Volume 1 & 2, J. Raymond Forgues

Beaucoup de coutumes anciennes sont donc présentées avec force détails pour intéresser ses lecteurs. Il a une insistance particulière sur la vie d'un nombre impressionnant de voitures qu'il a eues en sa possession. Cet instrument qui lui était d'autant plus nécessaire que son métier principal était celui d'agent d'assurances. Son travail l'obligeait donc à de nombreux déplacements. C'est pourquoi il parle longuement des aventures qu'il n'a pas manqué d'avoir au cours de toutes ces années. Monsieur Forgues a exercé plusieurs métiers:... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 janvier 2010

À l'Ombre de l'Orford, Alfred Desrochers

"Plus tard, lorsque le jour contempteur des aurores, Avec un giclement de rais multicolores, Hissera son front fauve au dessus des monts bleus,  Je lancerai ma blouse au talus rocailleux; Je me dévêtirai la poitrine et le torse; Au soleil j'offrirai ma jeunesse et ma force, Et les muscles puissants et souples de ma chair, Pour que son poids, croulant sur moi d'un zénith clair, Qui tarit les ruisseaux au sortir de leur source, Alourdisse mon corps nerveux durant sa course, Comme il appesantit les fleurs de sureaux... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 janvier 2010

L'Élève et autres nouvelles, Henry James

Henry James présentait trop de méandres pour ses contemporains. Mais nous sentons bien, aujourd'hui, après Marcel Proust que lorsqu'il promenait sa lanterne sourde dans les recoins de sa mémoire ou dans les consciences qu'il avait rêvées il ne pouvait le faire qu'à sa très circonspecte et sinueuse manière.
Posté par leslibraires à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 janvier 2010

Le joueur d'échecs, Stefan Zweig

Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu'antipathique ? Peut-on croire, comme il l'affirme, qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.Le narrateur y parviendra. Les circonstances dans lesquelles l'inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous reportent aux expérimentations nazies sur les effets -de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 janvier 2010

Hiroshima mon amour, Marguerite Duras

LUI : Tu n'as rien vu à Hiroshima. Rien.ELLE : J'ai tout vu. Tout... Ainsi l'hôpital je l'ai vu. J'en suis sûre. L'hôpital existe à Hiroshima. Comment aurais-je pu éviter de le voir ?LUI : Tu n'as pas vu d'hôpital à Hiroshima. l u n'as rien vu à Hiroshima...ELLE: Je n'ai rien inventé.LUI : Tu as tout inventé.ELLE : Rien. De même que dans l'amour cette illusion existe, cette illusion de pouvoir ne jamais oublier, de même j'ai eu l'illusion devant Hiroshima que jamais je n'oublierai. De même que dans l'amour. Marguerite Duras
Posté par leslibraires à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 janvier 2010

Neige noire, Hubert Aquin

"Bien sûr, le spectateur hésite à se percevoir comme succube quand il est plongé dans l'obscurité d'une salle de cinéma et à admettre la trouble complémentarité du film et de celui qui le regarde jusqu'au bout. Quelque chose de difficile à avouer est lié à toute obscurité librement consentie, fût-ce celle d'un cinéma, et, pour cette raison même, les gens devraient aller au cinéma masqués. Puisque les acteurs se présentent visage nus, il revient au spectateur de reprendre, à leur profit, cet usage révolu et de conférer, ce... [Lire la suite]
Posté par leslibraires à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,