Il montre alors que la "psychocritique" ne suffit pas pour saisir la vie profonde d'une oeuvre, qu'il faut aussi faire appel à une "mythocritique" qui dévoile un système pertinent de dynamismes imaginaires. Cette dernière lorsqu'elle compare en des tableaux les grandes structures figuratives, leur flux et leur reflux en une culture et à un moment culturel donné, débouche alors sur une "mythanalyse". Par là, non seulement le visage mythique d'une oeuvre particulière, mais encore celui de toute une époque se révèle à notre compréhension et "nous regarde" significativement.
figuresmythiquesetvisagesde