Cette extraordinaire correspondance s'étend sur plus de vingt-cinq années : de 1935 à aujourd'hui.
La franchise et la spontanéité de ces lettres, l'importance des sujets traités, le talent - pour ne pas dire le génie - de chacun des correspondants, Lawrence Durrell et Henry Miller, en font un dialogue particulièrement substantiel et d'une étonnante variété. Ces lettres n'ont pas été écrites en vue d'être publiées. Elles forment, comme l'indique le titre original, « Une correspondance privée » - et ce n'est pas sans peine que George Wickes obtint l'autorisation de la publier. Magnifiquement représentative de notre époque, cette correspondance révèle sans doute mieux la personnalité des deux écrivains que leurs œuvres plus élaborées. Elle est elle-même une de leurs plus belles œuvres.
unecorrespondanceprivee