La légende du défunt quartier montréalais dit du "Red Light" vaut bien celle des Soho et Pigalle de ce monde. Prospère au début du siècle, les salles de jeux enfumées et les chambres sordides de nos bas-fonds deviennent dans les années trente les derniers refuges des damnés de la crise. La guerre venue, les entrepreneurs en plaisirs défendus font des affaires d'or, en attendant que l'armée s'en mêle. La guerre finie, le Red Light renait en force. C'est alors que Pacifique Plante et Jean Drapeau entrent en scène et procèdent à l'épuration radicale de nos mœurs. Le rideau tombe sur notre quartier "réservé". Aujourd'hui, la "Main" n'est plus qu'un coin de rue, à l'intersection de Sainte-Catherine et de Saint-Laurent. Ni ses habitués ni les passants n'ont idée de son spectaculaire passé.
leredlightdemontreal