On peut relever deux modes principaux de colonisation. Citons d'abord la colonisation d'un territoire vierge où une collectivité s'installe et crée une civilisation. C'est le cas des Amérindiens qui sont venus peupler l'Amérique du Nord, particulièrement les régions du futur Canada, avant et après Jésus-Christ. Le second mode, plus récent dans l'histoire, consiste en la colonisation d'un territoire habité. Il existe alors deux possibilités. Il y a possibilité qu'une société colonisatrice s'établisse définitivement dans une colonie, qu'elle se sépare de sa métropole et mette en tutelle la société des premiers habitants. Elle développe alors à son profit les ressources du pays et devient une nation. C'est le cas de la colonisation européenne de l'Amérique au dix-septième et dix-huitième siècle. Dans le second cas, après une période plus ou moins longue de vassalisation, la société colonisée repousse l'envahisseur. C'est le fait du colonialisme du vingtième siècle et du mouvement de décolonisation.
Vu sous cet angle, le Québec prend un éclairage particulier. Il est placé, comme nous l'avons souligné, dans l'ironique situation d'un colonisateur qui, par une espèce de retour des choses, doit, à son tour, subir la colonisation.
classes_socialse_L25